Une note blanche

Une note blanche au fil de mes découvertes. Une façon de noter noir sur blanc mes coups de coeur. De la déco, du design, de l'art ... et un tas de futilités !

25.11.13

Que dire ?

 

Drapeau de Marseille

 

Ah, Marseilleuhhhh !

Quasi tous les jours, je me dis que nous vivons sur une drôle de planète. 

Aussi pour m'assurer que cela ne vient pas de moi, je vais partager avec vous des moments surréalistes.

 

# OM

Contexte : 8h30 - entrepôt de logistique Vitrolles. Nous venons chercher en main propre un colis qui a bien dû mal à venir jusqu'à nous. 

Les livreurs attendent tous leurs bons pour démarrer les livraisons. Bonjour, bonjour et ils repartent tous comme une volée de moineaux ... au distributeur de café. Il n'en reste qu'un. Gros blanc. Soudain il lâche :

"Allez l'OM. Ils sont pas bien bons mais bon on les aime bien."

 

# Marseille manucure

Contexte : heure du goûter, il y a une semaine - achat de pâtisseries. Je demande à la vendeuse si elle a deux parfums en particulier de macarons. Réponse négative suivie d'un :

"Mais euh vous en avez plein d'autres c'est quoi le problème"

Non non, je voulais juste savoir si vous aviez ces deux-là, dommage. 

Madame insiste jusqu'à ce que je lui lâche que tant pis, j'en commanderai aux copines qui en 3 h de TGV depuis Paris me ramèneront des Ladurée ou Hermé. 

Madame est agacée, je suis pourtant courtoise et c'est elle qui a été insistante et peu commerçante. Je compte m'échapper de cette boutique, la dame a déjà fait sa manucure artisanale son arrachage d'ongles avec les doigts sur son comptoir pendant ce laps de temps. Le prochain client trouvera des morceaux d'ongles, hummm ...

 

# cocaïne

Contexte : 22 h, samedi soir dans le métro. Deux ados face à nous. Sans raison apparente, Le Mec saigne du nez et machinalement je lui tends un mouchoir. 

"Respect monsieur, respect"

  

# kidnapping

Contexte : samedi après-midi Place Bargemon (derrière la mairie et le Pavillon M), bondée de monde. Midinette court. Nous sommes à un mètre d'elle. Une jeune femme nous hurle après :

"Tenez-la, ici on vole les enfants. Oui, y a des voleurs d'enfants ici." 

(Pendant ce temps son gosse fait des glissades plus que périlleuses et se vautre lamentablement.) 

 

# pas tout compris

Contexte : samedi après-midi, retour de courses pour mon voisin qui découvre que son appart n'est pas resté impeccable le temps de son absence. On monte dans les graves :

"Oh vous me nettoyez tout ça, je suis pas la pute du quartier, vous nettoyez et vite"

 

# braquage

Contexte : aujourd'hui 13h - file d'attente supermarché. Derrière moi, un de mes voisins est au téléphone et sa discrétion me permet de profiter de la conversation tout comme les autres clients des 4 caisses du magasin.

"Ouais mais bon, comme j'ai dit à Carmen. Il s'est fait braqué samedi, un pistolet sur la tête, et ben c'est bon il va bosser. Tu te mets pas en maladie. On s'en fout qu'il a* 16 ans, y s'en remet plus tard ou là ce week-end, c'est fini."

* la conjugaison et la grammaire ne sont les hobbies de certains autochtones. 

 

Promis, je tends l'oreille pour écouter des choses plus roses mais je fais mauvaise pêche. 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Heidi_13 à 19:13 - Révélation existentielle - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Qua dire de plus ? Marseille dans tout sa splendeur !

    Posté par Laurie, 26.11.13 à 06:20
    • Dommage que je n'aime pas écouter de la musique avec un casque, sinon ... je pourrais zapper tout ça. 

      Posté par Heidi_13, 27.11.13 à 07:32

Poster un commentaire